Le Spiritisme n'a pas de culte, ni dogme, ni rituels (bougies, chants, danses, mantras, tarots, bains,  etc.), 

ni hiérarchie; il ne fait pas de prosélytisme.

 

Le Spiritisme ne demande pas d'argent ni aucune forme de payement.

Centro Espírita

CISCO

Centre Spirite

"Naître, mourir, renaître encore et progresser sans cesse, telle est la loi"

 

Qui sommes-nous

L'Histoire du Cisco
 
La plupart des centres spirites ont débuté par des simples réunions d’études.

C’est partant de cette union et de cette harmonie d’idées et ideaux que beaucoup de centres spirites ont été fondés de partout dans le monde.

Ce ne fut pas différent avec le Centre d’Informations Spirite et Coordination des Ouvrages. 
Ayant étudiée et travaillée avec le Centre d’Étude Spirite de Genève - CESG, où les réunions se tenaient chaque semaine dans un petit appartement à la Rue des Voisins, vers la pleine Plainpalais et à cause du nombre croissant de personnes fréquentant le centre, nos locaux était devenus trop exigus et donc inappropriés à la bonne continuation des activités. L
e CESG décide donc de demenager et  s'installer au 20, Rue du Prieuré . Quelques années plus tarde, le  CESG demenage à nouveau et tout naturellement le CISCO se fonda dans ce même lieu, qu’est jusqu’à présent notre siège.

Un Centre ne se divise pas, Il se multiplie !
   
L’idéal principal du Cisco était de faciliter l'étude des livres en langues brésilienne et présenter le Spiritisme à Genève pour apporter à tous le message d’amour et de charité de la philosophie spirite. Fondé le 1 Janvier 2010, le CISCO a commencé à fonctionner avec 5 membres, Adriano, Caroline, Marta, Ana Paula et moi, Claudia.
 
Le groupe fondateur a alors élaboré les Statuts et a installé un Comité d’administration pour gérer les activités du Centre.

 
À cette époque, tous les lundis et les mercredis des réunions d’études avaient lieu, une fois en langue portugais et français.

Dès 2014, on comptait avec des activités au centre du lundi au samedi ; une majeurité de personnes de langue maternelle portugaise fréquentaient les activités hebdomadaire et étaient liées au centre direct ou indirectement, d'oû nôtre choix de maintenir nos études  publique du jeudi en langue portugaise.

Mais nous parlons français aussi.

 

Qu’est-ce que le Spiritisme?

« Le Spiritisme est une science qui traite de la Nature, de l’origine et de la destinée des Esprits, et de leurs rapports avec le monde corporel »

Allan Kardec dans le livre: Qu’est-ce que le Spiritisme – Préambule

Le Spiritisme a été codifiés par Allan Kardec et se présente sur trois aspects:

·         Scientifique,

·         Philosophique et

·         Religieux. 

Comme science et avec des méthodes spécifiques, il cherche à établir les relations entre la matière (notre monde) et l’énergie (le monde spirituelle).

Comme philosophie, il comprend toutes les conséquences étiques qui décollent de ces relations (Matérialisme – Spiritualisme) .

Du point de vue religieux, le Spiritisme a pour base les fondamentales de toutes les religions :

1.    Dieu,

2.    âme, 

3.    les peines, les récompenses futures et 

4.    l’immortalité.

Le Spiritisme n’a pas de culte, ni dogme, ni rituels, ni hiérarchie ; il ne fait pas de prosélytisme, il ne cherche ni à convaincre, ni à imposer ces idées.

Il respecte chez tous la liberté de conscience, car toute croyance est respectable à partir du moment où elle conduit au bien et qu’elle rend l’Humanité meilleur.

 

 

Etudier

Se réunir

Traduire

 

Résumé

« L'homme n'est pas seulement composé de matière, il y a en lui un principe pensant relié au corps physique qu'il quitte, comme on quitte un vêtement usagé, lorsque son incarnation présente est achevée. Une fois désincarnés, les morts peuvent communiquer avec les vivants, soit directement, soit par l'intermédiaire de médiums de manière visible ou invisible (Le Livre des Esprits) »

C’est en tant qu’Esprit que chaque créature a été créée et est destinée à progresser , à évoluer vers plus de connaissance (de soi et du monde).

Pour réaliser cette progression, nous avons le libre arbitre, c’est-à-dire la liberté et la responsabilité de vivre et choisir, mais nous sommes aussi liés à la loi de Cause et Effet (action/réaction)- très souvent confondu avec pécher et punition.

 

Cette loi universelle conduit à la conscience, puis au progres.

 

Pour progresser et combler d'éventuelles lacunes du savoir, les esprits peuvent et doivent s’incarner.

 

Chaque humain sur Terre est l’un de ces esprits incarnés. C’est-à-dire temporairement lié à un corps.

 

La naissance provoque une amnésie, ainsi les choix de la vie présente restent spontanés et non pas guidés par la mémoire des vies passés.

 

Chacun peut découvrir les raisons de son incarnation en analysant ses penchants.

La vie terrestre est un temps d’apprentissage et de probation destiné à réajuster cette connexion avec l'AMOUR.

 

Une personne peut se réincarner plusieurs fois. Le nombre et les conditions des incarnations dépendent de la manière dont elle a choisi de progresser.

 

Les conditions de la vie sur la Terre découlent et sont liés aussi aux expériences précédentes à la naissance ainsi qu’aux décisions prises en cours de la vie présente.

 

Selon le spiritisme, l’être humain serait schématiquement constitué de trois éléments:

 

le corps physique - les différentes matières organiques, les os, les muscles, le sang;

l'esprit- la personnalité, l’intelligence, la conscience, les connaissances, la volonté, l'amour, la haine, etc;

le périsprit- l’énergie qui met en mouvement les muscles, le coeur, la respiration et qui détermine la force du corps, sa vigueur, sa santé.

 

Au moment de la fécondation, les trois éléments se (re)trouveraient intimement liés.

Après le décès, le corps serait dissout et recyclé par la nature, l’esprit survivrait et l’énergie resterait systématiquement attachée à l’esprit (d’où son nom de périsprit ou aura).

Comme cette énergie possèderait la faculté d’agir sur la matière (puisqu’elle animait le corps physique), alors elle pourrait encore être utilisée par l’esprit pour s’exprimer.

 

Après le décès, la position occupée dans la vie spirituelle correspondra également à son degré de conscience des lois que régissent ces apprentissages, de son équilibre et sa capacité d'assimilation du principe évolutif où l'Amour est le principal acteur.

 

Les esprits non incarnés peuvent communiquer avec l’humanité.

 

L’objectif de cette communication avec l’au-delà est double.

Premièrement, donner la preuve que la vie continue et deuxièmement en tirer un enseignement pratique. Les esprits arrivés à un haut niveau de connaissance, témoignent de leur équilibre et enseignent comment atteindre une paix semblable. Les esprits encore peu conscients ou évolués sollicitent des conseils et attestent de la souffrance causée par leur manque de conscience, d’amour et de charité.

 

Les phénomènes comme: les visions, les prémonitions, les divinations, "les miracles", sont présents dans nos vie depuis toujours.

 

Le Spiritisme ne les provoque pas, ne les produisent pas, ne les évoquent pas, au contraire, nous essayons de les étudier au lieu de les ignorer ou sacraliser et ainsi selon leurs sources, nous nous efforçons à les comprendre, les expliquer ou les démentir.

 

Les spirites croient que Dieu a créé l'homme sous la forme d’un esprit.

C’est en tant qu’esprit que chaque créature est destinée à évoluer vers toujours plus d’amour et d’équilibre.

 

Pour réaliser ce processus d'apprentissage, il y a un cadre:

L’expérimentation, c’est-à-dire, la liberté d’expérimenter et la responsabilité de nos actes.

Cette loi d'AMOUR universelle nous conduit par sa pratique à la compréhension, puisqu’on expérimente les situations, on les assimile et on les intègre, pour arriver à une connaissance parfaite de nous-même et le respect des autres.

Dieu a simplement prescrit aux hommes de l’AIMER,  de s’AIMER et d’AIMER leurs semblables.

C’est-à-dire de faire pour les autres ce que nous voudrions qu’ils fassent pour nous.

images.jpg

« Il n’y a de foi inébranlable que celle qui peut regarder la raison face à face »

Né à Lyon, le 3 octobre 1804, d’une ancienne famille qui s’est distinguée dans la magistrature et le barreau, M. Allan Kardec ( Léon-Hippolyte-Denizart Rivail ) n’a point suivi cette carrière. Dès sa première jeunesse, il se sentait attiré vers l’étude des sciences et de la philosophie.

Elevé à l’École de Pestalozzi, à Yverdun (Suisse), il devint un des disciples les plus éminents de ce célèbre professeur, et l’un des propagateurs zélés de son système d’éducation, qui a exercé une grande influence sur la réforme des études en Allemagne et en France.

Doué d’une intelligence remarquable et attiré vers l’enseignement par son caractère et ses aptitudes spéciales, dès l’âge de 14 ans, il apprenait ce qu’il savait à ceux de ses condisciples qui avaient moins acquis que lui. C’est à cette école que se sont développées les idées qui devaient, plus tard, le placer dans la classe des hommes de progrès et des libres penseurs.

Il a fondé à Paris, le 1° avril 1858, la première Société spirite régulièrement constituée, sous le nom de Société parisienne des études spirites, dont le but exclusif est l’étude de tout ce qui peut contribuer au progrès de cette nouvelle science. M. Allan Kardec se défend à juste titre d’avoir rien écrit sous l’influence d’idées préconçues ou systématiques ; homme d’un caractère froid et calme, il a observé les faits, et de ses observations il a déduit les lois qui les régissent ; le premier il en a donné la théorie et en a formé un corps méthodique et régulier.

Travailleur infatigable, toujours le premier et le dernier à l’oeuvre, Allan Kardec a succombé, le 31 mars 1869, au milieu des préparatifs d’un changement de local, nécessité par l’extension considérable de ses multiples occupations. De nombreux ouvrages qu’il était sur le point de terminer, ou qui attendaient le temps opportun pour paraître, viendront un jour prouver davantage encore l’étendue et la puissance de ses conceptions.

Il est mort comme il a vécu, en travaillant. Depuis de longues années, il souffrait d’une maladie de coeur qui ne pouvait être combattue que par le repos intellectuel et une certaine activité matérielle ; mais tout entier à son oeuvre, il se refusait à tout ce qui pouvait absorber un de ses instants aux dépens de ses préoccupations de prédilection. Chez lui, comme chez toutes les âmes fortement trempées, la lame a usé le fourreau.

Texte retiré du livre Oeuvres Posthumes – Biographie Allan Kardec


« Le Spiritisme réalise ce que Jésus a dit du consolateur promis : connaissance des choses qui fait que l’homme sait d’où il vient, où il va, et pourquoi il est sur la terre; rappel aux vrais principes de la loi de Dieu, et consolation par la foi et l’espérance. »

Extrait de L’Evangile selon le Spiritisme d’Allan Kardec

Contacter Centre Spirite Cisco

20 Rue du Prieuré
Genève, 1202
Suisse

 
  • Cisco Centre Spirite

©2019 by Centre Spirite Cisco.